Les tribunaux confirment que la fibromyalgie est un motif de déclaration d’incapacité permanente absolue

La chambre sociale de la Cour suprême de Catalogne a estimé dans un arrêt récent, S 1403/2015, du 24 février (Rec. 6239/2014), que la fibromyalgie et le syndrome de fatigue chronique (SFC) constituaient des motifs pour déclarer “Invalidité permanente”.

La décision se réfère à une femme, un opérateur de l’industrie chimique, qui souffrait de dépression majeure récurrente sans symptômes psychotiques, de douleur cervicale et de processus dégénératif sans atteinte radiculaire, de fibromyalgie et de syndrome de fatigue chronique.

Dans la décision, le TSJ de Catalogne insiste sur la  doctrine jurisprudentielle réitérée  sur la configuration que le LGSS établit à propos du handicap, selon laquelle “l’évaluation de l’incapacité permanente doit être faite en conformité avec les limitations fonctionnelles découlant des affections du patient.” travailleur. “

Pour le service,  l’invalidité doit être comprise  comme une diminution de la capacité due à de sérieuses réductions anatomiques ou fonctionnelles qui diminuent ou annulent la capacité de travail, et sans obséder de la qualification la possibilité de récupération de la capacité de travail quand elle est présentée comme incertaine ou très long terme.

En d’autres termes, non seulement il faut non seulement reconnaître qu’il n’ya aucune possibilité physique d’exécuter un travail, mais également conserver des compétences pour effectuer un certain type d’activité, sans avoir à le faire avec une efficacité minimale, car la réalisation des objectifs suivants: tout travail, même simple, nécessite un emploi du temps, des déplacements et des corrélations, ainsi que de la diligence et de l’attention.

Dans ce cas, les plaintes du patient forment  une image  qui “empêche l’exécution correcte de tous les types de travail, y compris les tâches de nature sédentaire et légère ne nécessitant pas la réalisation d’efforts physiques particulièrement intenses”.

“A l’heure actuelle est affecté par un trouble majeur de nature grave, présent avec suffisamment d’intensité pour annuler leur capacité de travail, auquel s’ajoutent les autres affections dégénératives”, ajoute le jugement.

La demanderesse présente une dépression majeure récurrente sévère sans symptômes psychotiques, ni douleur cervicale ni processus dégénératif sans atteinte radiculaire, sans fibromyalgie ni en syndrome de fatigue chronique.

Pour toutes ces raisons, le TSJC rejette le recours formé par l’Institut national de la sécurité sociale (INSS) contre la décision déjà rendue par le tribunal social 1 de Gérone en 2013.

Situation IPA d’un éducateur social souffrant de fibromyalgie et du syndrome de la fatigue chronique

La chambre sociale du TSJ de Catalogne, dans son arrêt nº 1403/2015 du 24 février (Rec 6239/2014), a également déclaré la situation de l’IPA pour l’ensemble des travaux d’un éducateur social souffrant de fibromyalgie et du syndrome de fatigue chronique , confirmant la décision du tribunal social et rejetant le recours formé par l’Institut national de la sécurité sociale.

Le travailleur – qui a exercé les fonctions d’éducateur – souffrait d’un syndrome très avancé de fibromyalgie et d’une fatigue chronique de grade III, ainsi que d’un trouble dépressif chronique, d’une déficience cognitive légère et d’un syndrome antérieur du canal carpien, parmi d’autres pathologies.

Considère la chambre que c’est seulement à cause de la sévérité de la fibromyalgie et de la fatigue chronique que le degré souffert doit être reconnu, il faut reconnaître que, même avec les aptitudes à faire de l’activité,  il lui manque de réelles facultés pour accomplir le travail  avec une certaine efficacité.

Ce sont des pathologies qui, en raison de la douleur intense qu’elles provoquent, réduisent considérablement la capacité de production, en termes de performance, de capacité et d’efficacité, et sans le fait que des tâches légères peuvent être accomplies suffisamment simplement pour atténuer la situation invalidante dans la prise en compte apprécié dans le cas de permanent et absolu.

La jurisprudence du LGSS en matière d’invalidité permanente absolue est une jurisprudence abondante qui a été chargée de souligner qu’un  tel degré d’invalidité devrait être reconnu non seulement lorsqu’il n’existe aucune possibilité physique  d’effectuer un travail,  mais également lorsqu’il existe les compétences nécessaires pour effectuer une activité ne doivent pas nécessairement être exercées avec une efficacité minimale , car l’achèvement de tout travail, même simple, nécessite un calendrier, un déplacement et une corrélation, ainsi que la diligence et l’attention.

L’invalidité  doit être comprise comme une diminution de la capacité due à de sérieuses réductions anatomiques ou fonctionnelles  qui diminuent ou annulent la capacité de travail et, sans entraver la qualification, la possibilité de récupérer la capacité de travail lorsque celle-ci est présentée comme incertaine ou à très long terme. .

Leave a Reply

Scroll to Top